Images 2 2

LES MARSEILLAIS SONT TOUJOURS LA !

  • Le 26/11/2019 à 10:50
  • 0 commentaire

L’OM reprenait Dimanche soir le championnat après cette longue trêve internationale et c’était à Toulouse que nos joueurs allaient tenter de récupérer la deuxième place, prise la veille par Angers.

Nous n’en sommes qu’à la 14ème journée mais il était important de ne pas se louper dans ce déplacement “quasi” à domicile. Et oui, entendre pendant toute la rencontre des encouragements pour les Marseillais et un vide sidéral pour les locaux, ça fait plaisir! Reprendre la deuxième place, contre le 19e du championnat, devait être à la portée des Olympiens…

Oui mais dans un match aussi évident sur le papier, où l’écart entre les deux équipes est important, on peut espérer une promenade de santé du club qui se trouve en haut du classement. Seulement, ça pouvait aussi bien être le match piège. Il n’est pas rare de voir une équipe marchant sur l’eau, se présenter devant un concurrent totalement démoralisé et se prendre les pieds dans le gazon puis rentre chez lui la queue entre les jambes. L’OM devait donc faire attention. Et plutôt deux fois qu’une car avec les différentes suspensions et blessures, nous nous présentions au Stadium Vélodrome avec 3 gars en défense hors de la feuille de match. Parmis ces joueurs, celui qui pouvait faire craindre une grosse absence c’était Alvaro, qui avait reçu un rouge lors de la victoire contre Lyon. Pour cela, AVB avait choisi de titulariser la paire Perrin-Kamara pour contrer les offensives toulousaines. Il est évident que le monde du football allait regarder ce duo de minots et en regardant le score final, force est de constater que cette paire ne fut pas vraiment prise à défaut.
Lors de la première mi-temps, les Phocéens ont mêlé le bon et le vraiment “bof bof”. A la fois conquérants au début du match, ils se sont laissés endormir par un faux rythme et des mauvais choix pour rendre une copie où n’importe quel professeur aurait très bien pu écrire : “Peut mieux faire!”
Le fait marquant de cette première période, c’est l’exclusion du Toulousain Moreira sur une grosse semelle sur Sarr. Il est vrai qu’avec une supériorité numérique, logiquement, la victoire doit venir d’elle-même. Allez demander cela aux lyonnais si c’est aussi simple que cela… Au retour des vestiaires, on pouvait croire que Vilas-Boas allait resserrer les boulons et réorganiser la composition mais ce fut la même équipe, en 4-3-3 contre le bloc toulousain. Du coup, pendant une grosse vingtaine de minutes, nous avons regardé deux équipes qui ne proposaient pas grand chose, tentant quelques accélérations par-ci, par-là, sans plus. Et il fallut une action fulgurante avec une tête piquée repoussée magistralement par Mandanda pour relancer l'intérêt de ce match. Quelques minutes plus tard, sur une action un peu confuse au départ mais ponctuée d’une passe magique de Dimitri Payet sur Pipa, l’OM ouvrait enfin la marque. Petit détail intéressant, c’est sur la première action offensive (de la deuxième période) où les Marseillais rentraient dans l’axe. Toutes les actions précédentes passaient par les côtés mais n’étaient pas concluantes, là, Radonjic, voulant provoquer un “une-deux”, repiqua dans l’axe avec la finalité que l’on sait. C’est peut-être une leçon à retenir ; l’OM n’a pas assez usé l’axe et s’est, comme trop souvent, coltiné à répéter ses attaques par les côtés alors que la solution, surtout après une exclusion dans l’équipe adverse, était plus centrée.Trois minutes après, Radonjic doubla la mise sur un bel enchainement course, crochet et frappe enroulée. Il n’en fallait pas plus pour faire danser le public marseillais et faire quitter le stade les quelques supporters toulousains.
Le score n'évolua plus et l’OM reprit sa place sur le podium. Au regard de la rencontre cela reste mérité, même si ce fut un match assez poussif dans l’ensemble. Le changement de Lopez et Sanson, par Germain et Radonjic, apporta une justesse et une vitesse là où figuraient la précipitation et les mauvais choix. Je regrette un peu la lenteur de réaction des Phocéens contre les attaques toulousaines, je regrette le match loupé de Lopez et les trop nombreuses courses infructueuses de Sanson. Il s’est beaucoup dépensé et a proposé beaucoup de choses mais je crois qu’il en a trop fait et qu’au moment de prendre la bonne décision, il était cuit. Chose qui arrive encore trop souvent à mon goût à son sujet même si je note une amélioration.
Au niveau des joueurs, je vais mettre l’accent tout d’abord sur Mandanda qui pour moi mérite un beau 8. Il fait “un match à un arrêt”. Ce genre de match, c’est le piège assuré. C’est là que le gardien doit être le plus concentré, pendant 90mn. Il va attendre, ronger son frein, tapoter quelques balles en retrait, faire un ou deux arrêts sur des centres sans effet. Mais au moment où il doit être présent, il va surgir et stopper le ballon. C’est exactement ce qu’il s’est passé ce soir sur une tête de Sangaré. C’est ce que l’on demande à un gardien, d’être le dernier rempart.
J’ajouterai aussi le duo des minots qui, même si l’adversaire n’était pas aussi virulent qu’un QSG ou qu’un FC Lyon, n’a pas démérité et a surtout dégagé une sérénité contagieuse. Le petit Perrin, a d’ailleurs montré une maîtrise technique assez élevée. Kamara est un pur joyau mais Perrin pourrait très bien voir son avenir s’embellir ici.
Enfin, je parlerai de l’axe offensif : Rongier, avec devant lui Payet et devant ce dernier, Benedetto. Ce trio a été parfait. Même si tout n’a pas été net et irréprochable, nous pouvons remarquer que le danger passe automatiquement par l’un d’eux. En première période une action de ces trois gaillards aurait bien pu terminer dans les filets de Reynet. En seconde, en alternance ou en même temps, ils ont montré leur influence, leur maîtrise et leur talent. Payet a enfin fait une passe à Pipa, Rongier a grappillé un nombre incalculable de balles. Ce jeune est vraiment une superbe recrue. Il a un abattage énorme, doit posséder 4 ou 5 poumons comme Kanté et a un avenir magnifique qui se profile devant lui s’il continue ainsi!
En revanche, je n’ai pas aimé le match de Lopez, je l’ai déjà dit, ni celui de Sanson, bien que ce dernier propose bien plus que Maxime. Enfin, Strootman n’a pas été influent du tout. Sur un match comme celui-ci, avec son expérience et sa présence athlétique, il aurait du faire la différence et proposer un jeu plus en avant surtout en seconde mi-temps. Mais, s’il n’a pas été mauvais, il n’a pas été bon. Et c’est bien dommage, car il aurait pu profiter de ce genre de match pour se relancer.

Voilà, cela fait 3 victoires d’affilées, avec la possibilité d’en enchaîner une quatrième vendredi soir contre Brest. C’est une bonne dynamique qui, si elle reste encore fragile, est tout de même très encourageante. Mais c’est vrai aussi que jouer dans notre “stade annexe” ce soir nous a rendu la vie plus simple ; cela fait depuis 2007 que, dans leur enceinte, les Toulousains n’ont battu les Marseillais en championnat. Contre Brest, nous retrouverons notre Vél, autant mettre tous les atouts de notre côté, car il n’est pas sûr que cette réussite nous suive encore longtemps. En attendant, profitons en et… Allez l’OM!!!!!

Rédacteur : El Calon

Ajouter un commentaire