Turpin gueye

OM : Et Turpin arbitra ce match ...

  • Le 17/12/2020 à 10:21
  • 1 commentaire

Non ! Je ne vais pas me cacher derrière l’arbitrage, derrière l’animosité que peut provoquer Clément Turpin pour tous les Marseillais. Non, je ne vais dire que nous avons perdu seulement parce que nous nous sommes retrouvés à 10 contre 11. Non, je ne vais pas faire ma “pleureuse”. Pourtant, je reste persuadé qu’à 11 contre 11 nous aurions fait un autre résultat, je reste persuadé que nous méritions quelque chose d’autre et enfin, je reste persuadé que sans Clément Turpin, nous n’en serions pas là.

L’OM avait l’occasion, par ce déplacement en terres bretonnes, de poursuivre les équipes de tête et d’enregistrer une septième victoire de rang. Avec deux matchs en retard, cela nous aurait permis de mettre une pression suffisante sur Lille, Lyon, Paris… Mais le scénario ne s’est pas déroulé comme prévu.

Tout d’abord, on avait des joueurs fatigués ou revenant de blessure. Et revenir trop tôt d’une blessure, parfois ça passe… Parfois… ça casse. Jordan Amavi, de retour avec le groupe, est sorti avant la demi-heure de jeu à cause de son mollet. Il était absent contre Monaco mais pensait pouvoir tenir sa place ce soir. Malheureusement, son mollet n’a pas tenu les chevauchées que Jordan a pu faire. C’était le premier souci. Le second c’est Pape Gueye. Oui c’est un souci et je vais expliquer pourquoi.

Le jeune joueur, venant du Havre, a fait un début de match assez bon, se montrant très dynamique. Peut-être un peu trop dynamique d’ailleurs. Son premier carton jaune est la clé de ce match. Sur une sortie de balle rennaise, Gueye a attrapé un Rennais par l’épaule afin de retenir sa course. Une faute souvent vue sur les terrains, une faute d’anti-jeu, une faute que certains appellent “faute utile”. Car, généralement, elle freine l’avancée de l’adversaire. Seulement, dans ce cas, ce n’était pas si utile car l’action démarrait dans dans le camp rennais et il y avait encore d’autres joueurs marseillais qui pouvaient contrecarrer l’offensive. Du coup, Pape a pris un carton idiot, sur une faute inutile et qui a eu des conséquences malaheureuses. Son magnifique but aura donné l’espoir au peuple marseillais, l’espoir de voir plus loin , l’espoir d’aller plus haut, l’espoir d’être inarrêtable. Mais cela n’a pas suffit.

Tout d’abord, Balerdi aurait pu ouvrir le score, puis un peu plus tard, c’est Benedetto, qui fort de ses derniers buts, se sent un peu pousser des ailes et loupe de peu le cadre sur un magnifique centre de Thauvin. A la mi-temps, l’OM aurait pu regagner les vestiaires avec au moins 3 buts, et à 11 sur le terrain.

Mais ce n’est pas le cas. Ce n’est pas ce qu’il s’est passé. L’OM est rentré aux vestiaires dominant au score mais en ayant perdu Gueye.

Gueye, avec son carton jaune, n’a pas levé le pied. Il a marqué un joli but mais il n’a pas réduit son activité. C’est beau, c’est même valeureux. Mais à son âge, c’est aussi comme cela qu’on apprend. Il a fait deux fautes assez litigieuses. La première n’a pas été sanctionnée malgré des crampons sur le visage d’un Rennais. La seconde, que je trouve maladroite mais totalement injuste, un coup de coude sur Niang.

Si l’on prend ma dernière phrase comme ça, de but en blanc, le carton parait mérité. Oui mais en regardant les différents ralentis proposés par Canal, on peut voir que Gueye joue le ballon de la tête en sautant et en retombant, par l’élan provoqué par le balancement de ses bras, il touche le visage de Niang avec son coude, involontairement. Sans vouloir paraître chauvin, je doute que Gueye savait que Niang était derrière lui, je doute que ce jeune joueur savait qu’il allait faire faute… Il n’a pas réfléchi. C’est ce que je me dis. Pas forcément pour cette faute, mais pour toute son activité. Il n’a pas réussi à allier la maîtrise, la réussite et la volonté. Il prend donc un second carton jaune imérité, mais il peut être réprimandé pour ne pas avoir su adapter son jeu à sa sanction. C’est là le fait du match. C’est là que Villas Boas aurait dû le protéger. Il avait peut-être cela en tête et l’aurait sorti à la mi-temps. On ne le saura jamais. Le fait est qu’il est sorti de son match, il a été exclu du terrain et qu’en seconde période, avec le dispositif tactique mis en place par AVB (qui, clairement, n’allait pas nous permettre de marquer é ou 3 buts en plus… même pas 1 !), nous n’avons plus eu la main sur la balle et nous nous sommes fait logiquement rejoindre puis dépasser par les Bretons. C’est dommage car sans ce fait de jeu, je n'aurais pas eu à écrire ce papier.

Ce match aura cassé la dynamique installée par AVB et ses hommes… Est-ce grave ? Je ne l’espère pas. Un faux pas est arrivé. Ce n’est pas pour autant que la saison se termine ce soir. Il n’y aura pas de septième victoire d’affilée, il n’y aura pas de pression sur les équipes de tête. On ne doit pas non plus incriminer Gueye de cette défaite. Il a fait plusieurs petites erreurs mais a marqué un but magnifique qui laisse entrevoir un panel de belles choses pour les mois/années à venir. Pour finir, si Gueye a commis plusieurs erreurs, la principale provient, d’après moi, de l’arbitre qui n’a pas su réfléchir et percevoir l’acte involontaire du geste de Gueye. Clément Turpin aurait pu regarder les images pour un carton rouge, il avait la possibilité de visionner les images de la VAR. Il ne l’a pas fait… Pourquoi ne suis-je pas si étonné ?

Rédacteur : El Calon

Gueye turpin Arbitre SRFC - OM

Commentaires

  • Sam sonne
    • 1. Sam sonne Le 17/12/2020
    Je suis supporter Marseillais, mais pour moi il doit prendre rouge avant car comme le coup de coude, je trouve que c'est volontaire

Ajouter un commentaire

 

Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir l'actu de l'OM en temps reel !

Abonnez vous au Flux RSS pour rester informé de l'actu de l'OM ! !