Olympiakos om

OM : Incompréhensible…

  • Le 23/10/2020 à 19:52
  • 0 commentaire

Vingt-quatre heures avant le coup d’envoi du match contre l’Olympiakos, nous retenions tous notre souffle. Enfin, après sept longues années d’attente, l’OM était de retour en Ligue des champions. Enfin l’hymne de la plus grande compétition de football allait résonner dans nos coeurs. Enfin notre rêve était (re)devenu réalité, et il a très vite (re)tourné au cauchemar.

 

Deux jours après cette affreuse désillusion, nos questions n’ont toujours pas trouvé de réponse : Pourquoi ? Pourquoi nos joueurs ont-ils joué comme ça ? Pourquoi AVB n’a-t-il pas réagi ? Que diable s’est-il passé dans les têtes olympiennes ? Où donc est partie cette faim indispensable pour réussir à performer dans la plus prestigieuse des compétitions ?

Ne nous méprenons pas, l’envie est ce qui nous a le plus manqué au cours de ce match, ce qui est un comble pour le moins agaçant. Car si on s’attendait à ce que notre équipe manque de fluidité dans le jeu ou de qualité technique, voilà bien un chaînon manquant dont personne n’avait remarqué l’absence.

À l’image de Morgan Sanson, inexistant contre l’Olympiakos, qui affirmait pourtant au cours du mercato qu’il voulait de tout coeur disputer la C1 avec l’OM.

À l’instar de Dario Benedetto, qui prétendait lors de son arrivée que jouer la Ligue des Champions était son plus grand rêve, pour au final totalement passer à côté du premier match de sa carrière dans cette compétition. De Florian Thauvin, visiblement pas motivé ce soir-là pour aller donner un coup de main à Sakaï dans son couloir, mais qui s’attendait quand même à ce que le japonais fasse l’effort de monter.

Ou de Dimitri Payet qui ne semble pas intéressé par la perspective de retrouver une condition physique digne de son talent, alors que Mathieu Valbuena, qui est pourtant son ainé de quatre ans, prend soin de sa ligne et réussit à performer

 

Résultat des courses, une animation offensive plus qu’insuffisante et une incapacité à garder le ballon. Des problèmes souvent aperçus lors des derniers matchs de Ligue 1, et toujours pas résolus à ce jour.

À la mi-temps les réseaux sociaux étaient en ébullition. Les maillons faibles du onze de départ sautaient aux yeux de la communauté phocéenne, et tous les regards se sont tournés vers AVB. Priant pour que le coach qui a réalisé l’exploit de ramener l’OM en C1 réagisse et fasse rentrer Cuisance, maitre à jouer de l’animation offensive de la victoire contre Bordeaux, ainsi qu’Henrique histoire de pouvoir au moins jouer à onze contre onze. Mais rien ne vint, et les changements n’intervinrent qu’à la soixante-seizième minute, après presque une demi-heure de domination grecque !

Au bout d’un moment, il va falloir que le coach portugais fasse plus qu’assumer ses responsabilités face à la presse. Son équipe n’a aucun plan de jeu, il s’entête comme une mule dans son 4-3-3 qui ne fonctionne pas, et les joueurs qui ont réalisé des performances douteuses ces dernières semaines débutent la rencontre. Tandis que ceux qui ont réellement apporté quelque chose au niveau de jeu de l’équipe tel Cuisance cirent le banc.

Et tout cela est incompréhensible. On savait tous depuis la reprise de la Ligue 1 que la saison serait difficile, et on était tous conscients de nos limites. Mais un manque de grinta aussi flagrant en Ligue des champions, d’autant plus de la part de joueurs tels que Thauvin et Payet, c’est tout simplement une faute professionnelle. Malheureusement, on ne peut que prendre notre mal en patience, et espérer qu’AVB mette un sacré coup de collier. Auquel cas, le match contre Manchester City finira en bain de sang.

@TykerTheOne

 

Olympiakos-OM Lorient-OM

Ajouter un commentaire