Sanson stras

OM : UNE VICTOIRE D’ILLUSION OU DE GUÉRISON ?

  • Le 07/11/2020 à 10:38
  • 0 commentaire

Toute la journée d’hier, je ne me suis pas trop intéressé à ce match contre Strasbourg. Je l’avais bien en tête, je savais qu’on jouait à 21h mais je ne voulais pas m’en préoccuper. Le match calamiteux de l’OM en Ligue des Champions m’avait donné l’envie de faire autre chose ce soir. J’avais prévu de passer ma soirée devant un replay mais pas de chance, j’ai une conscience footballistique et olympienne trop forte et je me suis donc dirigé vers Téléfoot et j’ai passé ma soirée devant ce match.

Cela n’a pas été une partie de plaisir mais au moins, les 3 points sont dans la besace. En revanche pour la rébellion et le niveau de jeu, on repassera plus tard.

Que pouvait nous montrer un OM si malade ? Que pouvait-il faire de mieux à part tout changer ? Villas Boas avait concocté un onze un peu bricolo avec des suspensions en défense et des joueurs totalement hors du jeu en attaque. Après tout, il n’y avait réellement que Mandanda qui avait sa place dans la composition de départ. Je suis probablement un peu dans l'extrême mais, personnellement, j’aurai bien changé les 10 joueurs de champ. J’aurai gardé Steeve bien entendu mais les autres non merci. Mais je ne suis pas AVB, je n’ai pas mon mot à dire (en tout cas pas officiellement). Donc je me suis retrouvé devant mon écran avec une équipe un peu remaniée. Quelque part, en vrai, même si le même onze de départ que contre Porto avait été reconduit, ce que je voulais voir c’était une différence de volonté, d’intensité, d’envie… Vous l’avez compris, depuis quelques matchs, je ne me soucie plus de refaire l’intégralité du match et pour le coup, je sens que ça vous arrange pour celui d’hier. Selon Opta (site de statistiques sportives), l’OM a de nouveau une raison de dire "À jamais les Premiers”. Car hier, l’OM a tiré une fois, a marqué un but et a gagné. En terme d'efficacité, on saluera la netteté de cette statistique. En terme de niveau et de jeu, même si l’on jouait à l’extérieur (et pourtant, dieu sait que nous préférons jouer à l’extérieur en ce moment), on déplorera la pauvreté encore une fois de l’attaque marseillaise. Germain a tenté de dézonner, de venir chercher les ballons, Cuisance a voulu en faire un peu trop par envie de bien faire et de montrer son talent et son envie, Thauvin, en revanche, n’est toujours pas le Thauvin rassurant qu’on aurait besoin de retrouver. Lui aussi, d’ailleurs, a besoin de retrouver son talent. Car il n’est pas épargné par le flot de critiques qui s’abat sur les joueurs de l’OM. Et à juste titre ! Il n’est plus décisif, il fait les mauvais choix, il perd ses duels et se permet de râler sans aucune raison acceptable.

Regarder le match d’hier était une épreuve de force, non seulement pour les amoureux de l’OM mais aussi pour les amoureux de football. On pourra, cependant, noter que le jeune Balerdi s’est nettement distingué lors de cette rencontre. Il avait en lui l’essence même de ce que l’on recherche chez un joueur évoluant à Marseille, la grinta ! Lors de l’arrivée d’AVB, j’étais sceptique car il était en concurrence avec Heinze dans le coeur des supporters et Gabriel Heinze me donnait l’assurance de voir des joueurs du type de Balerdi, des morts de faim, des râleurs et gratteurs, des caractériels, des joueurs qui auraient fait peur aux adversaires. Nous avons eu AVB. Et avec la réussite qu’on lui connaît et que nous n’aurions peut-être pas eu avec Heinze, on ne le saura jamais. AVB est proche de ses joueurs, peut-être même un peu trop, il les couve, il les protège, c’est bien mais il était temps qu’il les mette face à leurs responsabilités. C’est peut-être ce qu’il est en train de se passer. Il se dit, que lui et Longoria, auraient fait part de leur mécontentement aux joueurs, notamment aux cadres, ces derniers jours. J’ai envie de dire “c’est pas trop tôt !”. Nous avons de la chance, nous sommes 4e de Ligue 1 avec un match en retard (contre Lens), et nous sommes aussi haut avec un niveau assez limité. En conférence d’après match, AVB semblait en colère contre tous les détracteurs. Ce qui est normal ceci dit. Il a gagné sur des terres difficiles, il a gagné avec un seul tir durant la rencontre, il a gagné alors que tout le monde voulait qu’il perde pour justifier de nouvelles critiques.

Mais c’est vrai qu’on ne peut pas forcément se satisfaire d’une telle rencontre. On ne peut pas s’en satisfaire mais parfois il faut savoir accepter le service minimum, faire le dos rond et se contenter des trois points avec un rendu passable. C’est compliqué de s’en satisfaire car nous sommes l’OM, nous ne sommes justement pas Strasbourg, avec tout le respect que j’ai pour les Alsaciens. Nous ne pouvons nous contenter d’aussi peu, d’aussi pauvre. Nous ne pouvons accepter de nous faire balader par un joueur adverse, craindre un penalty sifflé en fin de match (comme hier, pour le coup, la VAR n’a pas fonctionné car je ne vois pas comment on ne peut pas siffler penalty en revoyant les images, cela aurait été pour nous on aurait crié au scandale…). Nous ne pouvons tirer qu’une seule fois par match. Nous ne pouvons faire cela et, nous supporters, nous ne pouvons tolérer cela. C’est notre devoir. Nous contenter d’aussi peu, c’est accepter que Germain devienne le 9 titulaire de l’OM, c’est accepter que Kamara ne devienne que l’ombre de lui-même (perso, j’ai pas aimé son match d’hier), c’est accepter que Payet soit le digne représentant d’Uber eats et non de l’OM…

Hier soir, l’OM s’est imposé sur une belle frappe de Sanson grâce à un mouvement intelligent de Payet et une déviation de Benedetto. Trois entrants qui étaient conspués il y a encore 3 jours. Cela peut aller très vite d’un sens comme de l’autre. Ne nous emballons pas non plus, car ces trois entrants n’ont pas changé non plus la physionomie de la rencontre, mais, ils auront permis à l’OM de gagner, et, pour l’instant avec une touche d’espoir, c’est la seule chose que je leur demande.

Rédacteur : El Calon

 

Strasbourg - OM Calon

Ajouter un commentaire