Om 2

OM : JE ME SOUVIENS D’UN TEMPS…

  • Le 23/11/2020 à 10:19
  • 0 commentaire

Je me souviens d’un temps où l’on pouvait aller au stade, porter notre tunique blanche, brandir fièrement le poing et crier “Aux Armes!” en attendant la réponse du virage d’en face...

Je me souviens d’un temps où chaque weekend, que ce soit le vendredi soir, le samedi après-midi ou le dimanche soir, nous nous postions devant notre écran pour regarder notre club, nos gars, notre équipe face à des adversaires, quels qu’ils soient. Je me souviens d’un temps où le football m’enchantait, où chez moi ou chez les potes, il fallait absolument arriver à l’heure pour se lancer dans un match de vannes pour défendre sa propre équipe.

A l’heure où j'écris ces lignes, la plupart des clubs ont joué leur match de la journée mais le match de l’OM se voit, pour la seconde fois d'affilée, reporté pour cause de Covid. Le prochain match de Marseille sera celui de LDC contre Porto. Le match retour. Nous n’aurons pas eu de matchs de Ligue 1 pour reprendre les bases de notre football, pour s’exercer sur des schémas tactiques peut-être plus adaptés, nous n’aurons pas eu la possibilité de nous remettre en jambes après une période compliquée sur le plan du jeu.

Est-ce que c’est préjudiciable ? Oui je le pense. Est-ce que c’est forcément un désavantage ? Pas nécessairement.

Pourquoi ? Tout d’abord, parce que ce temps peut-être utilisé pour remettre tout un tas de choses à l’endroit. Un joueur qui semble courir avec des poids de 10 kilos dans chaque chaussures, un autre qui lorsqu’il arrive sur le terrain se prend des cartons en veux tu, en voilà… Ça peut te permettre de jouer avec un schéma différent, un schéma qui donnerait aux joueurs plus de rigueur et de liberté créative.

Cela peut aussi permettre de recréer une cohésion dans un groupe où le Covid a fait des ravages. Tant sur l’aspect physique et santé, mais aussi sur l’aspect psychologique. Les joueurs de l’Olympique de Marseille ont terminé la saison dernière à la deuxième place après un parcours brillamment orchestré par AVB. Pourtant, le confinement et l’arrêt des matchs de Ligue 1 est intervenu à un moment où l’équipe perdait de son avance et semblait un peu plus fragile. Le fait d’avoir eu la confirmation de cette seconde place sans devoir batailler jusqu’à la fin, sans avoir à se démener ou justement à se défaire par le talent, de nos poursuivants a peut-être plombé ce début de saison des Olympiens. C’est vrai, c’est dans l’adversité que les grandes équipes se dévoilent et souvent triomphent. Regardez l’exemple du PSG qui s’est qualifié pour la finale de LDC la saison dernière avec beaucoup de facilité et de d’aide de la chance avec ses nombreux tirages positifs dans le dernier carré.

Finalement, ils se sont ramassés car ils n’ont pas eu à se démener. C’est aussi ce qu’il se passe pour Marseille, dans une mesure différente je vous l’accorde. Les joueurs se sont probablement crus “arrivés” avec cette deuxième place qu’ils n’ont pas pensé qu’il faudrait mettre les bouchées doubles cette saison. Car cette saison, c’est celle de la confirmation. C’est aussi celle de la consécration. Nous nous sommes battus pour avoir le droit de disputer la LDC, il est alors normal d’attendre de nos joueurs des morts de faim, des enragés, des rageux qui ne veulent pas perdre. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est que pour l’instant, nous n’avons rien vu de tout cela.

Donc, savoir que notre prochain match sera celui contre Porto, c’est un peu stressant. Ce n’est pas forcément terminé avant d’avoir été joué mais ça reste un match compliqué qui se profile pour les Phocéens. Et je dirai même plus, ce sont trois finales qui se profilent. A eux de toutes les gagner pour espérer quelque chose d’autre que la honte du football français. Nous ne sommes plus maîtres de notre destin en LDC mais si nous gagnons nos trois prochains matchs et que Porto ou Manchester font de mauvais résultats sur les autres rencontres, on pourrait éventuellement espérer une seconde partie de saison assez intéressante.

Quoiqu’il en soit, cette pause forcée nous aura au moins donné la possibilité de changer les choses. Cela ne veut pas dire que c’est exactement ce qu’il va se passer. Cela ne veut pas dire que Payet va redevenir le grand joueur qu’il a été, que Strootman va enfin valoir le coût de son transfert, ou que Thauvin va tout faire pour aller à l’EURO en fin de saison. Cela veut juste dire que les étoiles et les planètes se sont alignées pour nous donner une seconde chance de bien préparer le restant de notre saison. Nous avons 18 points, avec deux matchs en retard, nous pouvons, si nous les gagnons, rejoindre le PSG devant. Prenons ce temps interminable de trêve comme une aubaine et mettons à profit tout le travail qui a du se faire durant cette période pour ne plus jamais avoir à revivre une début de saison identique, tellement pauvre dans le jeu et dans les intentions.

Ce temps dont je me souviens, c’est aussi le temps, plus lointain, des Niang, des Lucho, des Waddle, des Papin qui nous donnaient à chaque fois des frissons et qui rendaient hommage à notre club, à nos couleurs, à notre devise. Nous nous devons de retrouver un allant, une dynamique positive afin de montrer au football français, à tous les détracteurs mais aussi à toute l’Europe, que notre seconde place, la saison dernière, n’était pas volée, que nous sommes un vrai club de football, une référence aux yeux de tous.

Je rêve d’un temps futur (proche) où les mômes, dans la rue partout en France ou dans le Monde, joueront au foot en se prenant pour des joueurs de l’OM, où ils feront peur à tous ceux qui se dresseront sur leur passage et où les moins jeunes, comme moi, n’auront plus besoin de se remémorer les anciennes gloires pour rêver à nouveau.

Rédacteur : El Calon

l'oeil d'el Calon Calon

Ajouter un commentaire

 

Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir l'actu de l'OM en temps reel !

Abonnez vous au Flux RSS pour rester informé de l'actu de l'OM ! !