Pape

PAPE EST MORT, VIVE PAPE !

  • Le 01/04/2020 à 18:12
  • 0 commentaire

Comme titre du 1er avril, on est d’accord qu’il y a mieux, qu’il y aurait pu avoir beaucoup mieux. Pape Diouf, journaliste, agent de joueurs, mais surtout dirigeant de l’OM et principalement Président de notre club, est décédé à 68 ans hier à Dakar du Covid-19.

Il devait être rapatrié sur Marseille en réanimation mais n’a pas eu le temps de faire le voyage. Après Michel Hidalgo, l’OM perd un deuxième symbole en quelques jours…

Aujourd’hui mercredi, il y a plus de 3525 morts du Covid-19 en France. De nombreux inconnus et quelques célébrités qui font parler un peu plus la presse. Il serait honteux de ne parler que des personnes connues qui ont succombé à ce virus. Cependant, je ne suis malheureusement qu’un pauvre supporter de l’OM, vivant en région parisienne, touché lui-même par ce virus et sanctionné doublement parce que je ne pourrai assister à l’arrivée de mon petit garçon en fin de semaine. Alors, je ne parlerai pas de ces malheureuses victimes dans les Ehpad, dans ma ville, des victimes inconnues qui s’en vont sans faire de bruit, ni des victimes qui ne sont même pas encore comptabilisées. Mais je les respecte tout autant que je respecte tous les différents professionnels qui se mettent en première ligne pour nous aider à leur manière pendant cette terrible pandémie. Hier soir, j’ai veillé sur ma fille, fiévreuse, qui, comme moi, ne pourra voir l’arrivée de son petit frère. Alors, la tête un peu lourde et embuée, j’ai regardé tous les programmes traitant du Coronavirus et je me suis dit que n’étant pas capable de parler pour tous les milliers de victimes, je pouvais au moins, dire quelques mots pour Pape.
Parce que Pape avait quelque chose de plus. Si on me demande le nom des plus grands présidents de l'OM il y aura le Boss et Pape, rien de plus. Déjà, Pape Diouf venait du monde du sport, du monde du foot. Lorsqu’en 2004 il est arrivé en tant que Manager à l’OM, il a imposé rapidement sa culture, mais aussi ses valeurs grâce à ses connaissances sportives. Il s’est ensuite posté naturellement comme président et a laissé son empreinte à jamais dans les travées du Vélodrome. Pour moi, Diouf c’est trois symboles (si je ne devais qu’en citer 3).... C’est Ribéry, c’est Gerets et ce sont les Minots. Tout d’abord, nos Minots car ce match au Parc des Princes restera dans les annales, non pas pour le score (0-0) mais pour la ténacité et la défense qu’avait pris Pape Diouf pour ses supporters, interdits au Parc ce jour là. Il avait montré une force de caractère qui l’a toujours stigmatisée et avait transmis une force aux troupes marseillaises tellement puissante que ce match nul avait des goûts de victoire. C’est aussi Ribéry… Il l’a fait venir, mais surtout il l’a fait rester ! Nous sommes dans une époque où souvent les joueurs “bons ou exceptionnels” dictent par leur talent et leur égo leur choix de carrière, quitte à bafouer les valeurs du club dans lequel ils sont. Pape a su être impartial et droit. Il a su garder Franck une année supplémentaire sans pour autant le laisser partir chez les rivaux lyonnais. Et le détail important, c’est qu’il n’y a pas eu réellement de clash avec le joueur. Joueur qui s’était quand même invité au 20h de TF1 pour demander à partir. Il est resté, a fait son année et est parti … mais au Bayern. Et puis c’est Gerets… Même si cette histoire s’est terminée en eau de boudin, il l’a fait venir. Et quand on sait le rapport que Gerets a encore pour le club et ses supporters, quand on sait le bien fou que ce Belge a fait à l’OM on ne peut s’empêcher de remercier le président qui est allé le chercher.
Je regrette particulièrement que Pape Diouf n’ait pas été récompensé par un trophée. On peut dire que le titre de 2010 est en grande partie dû au travail de Pape dans le montage d’une équipe qui tient la route. Il avait mis en place en grande partie les joueurs qui feront le succès de Didier Deschamps. J’aurai aimé qu’il puisse fièrement posé devant une coupe, un trophée avec toute la légitimité du travail accompli.
Enfin, petite note douce pour terminer ce petit papier… Diouf était tellement respecté de tous qu’il a eu la bonté et l’honneur de figurer dans un clip de Soprano. Ce n’est qu’un petit détail amusé, rien d’important. Mais pour beaucoup Soprano représentait les jeunes populaires de tous les quartiers de Marseille. Son clip “Halla halla” fut diffusé partout… Et l’image de Diouf fut véhiculée vers des domaines où le sport n’était pas le premier rassembleur. Et même dans ce clip, sa voix, son affection faisait l’unanimité…

Alors voilà, je regrette particulièrement les morts des patients, des soignants, des travailleurs mal protégés qui nous aident chaque jours dans notre vie. Je regrette de ne pouvoir citer une seule personne inconnue du grand public, je regrette de ne pouvoir vivre ce moment de ma vie pleinement et de devoir rester chez moi au lieu de me rendre à la maternité, je regrette de me retrouver impuissant face à la fièvre de ma fille, je regrette terriblement que ce virus touche autant de monde sur la planète et que je ne puisse rien y faire personnellement, je regrette que des personnes, qui liront peut-être ce texte, aient perdues quelqu’un de proche ou soient touchées elles aussi… Mais je regrette aussi que des symboles si forts que Messieurs hidalgo et Diouf nous quittent sans qu’on puisse les aider. Et je vous témoigne tout mon respect et toutes mes plus belles pensées… Allez l’OM.

Rédacteur : El Calon

Ajouter un commentaire