G 4fieqv

Un jour, un supporter ....

  • Le 26/12/2019 à 13:39
  • 0 commentaire

Chaque jour pendant la trêve , nous vous présenterons le portrait d'un supporter Marseillais , aujourd'hui , Axel , 21 ans de Paris . 

Axel, 21 ans, Franco Finlandais, fils d’un père Italo Tunisien arrivé à Marseille avant de monter fonder une famille à Paris. Je suis étudiant à l’heure qu’il est. Je dirais instinctivement l’om car quand l’om jouait j’étais autorisé à rester plus tard devant la TV , à partager une passion commune avec mon père, des émotions, des cris, des pleurs.

En grandissant, la passion autour du club, sa ferveur, ses joueurs et dirigeants atypiques n’ont fait que cultiver cet amour J’ai l’impression d’avoir toujours supporté ce club depuis ma naissance, mais mon premier souvenir de l’om remonte à un match de coupe de l’UEFA contre Liverpool en 2004. Donc cette année était ma 15e année de passion pour l’om. Je ne suis toutefois pas abonné, ne résidant pas à Marseille cela me semble compliqué. Mais j’ai pour objectif clair dans un avenir proche d’y rejoindre mon père qui y vit aujourd’hui et pouvoir cultiver chaque week end ce lien avec le club, son peuple, son territoire Mon père m’a transmis cette passion pour l’om. Il m’a lui même confié que c’est son oncle qui lui a fait aimé l’om dans les années 70.

Il m’a souvent parlé des brésiliens de cette époque César et Jarzinho qui à ses yeux étaient des vedettes dans un championnat où les brésiliens étaient rares et le Brésil représentait la Mecque du foot (joga bonito, Pelé, coupe du monde) Tout le monde sait que je supporte l’OM et c’est quelque chose que je revendique haut et fort tant des mes milieux scolaires que professionnels! lors des classicos j’ai toujours reçu des blagues, on me charrie beaucoup mais je ne peux pas appeler ca ni des pressions ni des agressions. Toutefois, en raison de la stupidité légendaire des supporters parisiens, je ne porterai pas ouvertement des écharpes ou t shirts de supporters dans paris Je ne suis pas abonné mais à chaque fois que je vais au stade je vais chez les winners. Nous y avons pris nos habitudes, le groupe est tjrs au top tant au niveau des chants que des animations, on kiff l’ambiance et l’histoire du groupe donc winners! N’étant pas de nature très consumériste, ma passion pour l’om n’est pas chère au sens financier du terme. Mais au sens émotionnelle elle me ruine! Les jours de classicos, ou d’olympicos, inutile d’attendre quoique ce soit de moi tant mon attention n’est uniquement portée sur le match. Ma copine sait que je ne rate aucun match et qu’il faut composer avec et l’actu quotidienne de l’om a un impact certain sur mon moral du jour. 

Ma première fois au Stade, OM - Le mans été 2006, victoire 2-0, je me souviens notamment des jets de rouleaux de PQ, de ce visuel dingue des tifos, j’étais ébloui; OM-OL 2010 but de Kaboré, le match clé pour le titre à mes yeux, et je suis extrêmement fier d’avoir pu y assister! Un mauvais souvenir mais qui en vaut la peine, un aller retour entre la soirée et la matinée pour voir om Liverpool en 2007. Ce match devait ns permettre de sortir des poules, on prend 4-0 dans un froid de canard et je retourne en classe le lendemain matin à Paris... enfin la saison de Bielsa, je me souviens du match contre bordeaux! Tout y était, la passion, le jeu, la grinta... c’était l’apothéose à Marseille cette période J’ai une passion pour les stades et les « messes populaires » que sont les matchs de foot. La culture du supporter me fascine tant sur son aspect socio culturel qu’artistique. J’y dédie énormément de temps personnel notamment pendant mes vacances. J’ai la chance d’avoir pu voir près d’un trentaine de stades aux quatre coins du monde. Je ne me limite donc pas uniquement a l’om A mes yeux le Vélodrome à la plus belle ambiance de France car le lien entre le club et la ville y est le plus intense. Les tribunes ressemblent à sa population, à sa ferveur, à ses splendeurs comme à ses difficultés. Tout le monde s’y retrouve autour d’une passion, d’une culture commune.

BG 

Ajouter un commentaire