Le debrief d el caon

Le Debrief d'El Calon “CHI VA PIANO, VA SANO…”

  • Le 21/10/2019 à 11:11
  • 0 commentaire

Enfin!!! Enfin le retour des matchs de Ligue 1, enfin la fin de la trêve internationale! Putain, que c’était long!

L’OM recevait, hier soir, Strasbourg après 16 jours de trêve/repos/restructuration… Comme écrit dans mon article précédent, 16 jours c’était probablement nécessaire afin d’endiguer le marasme et la pauvreté technique des Marseillais observés lors des dernières rencontres. Pour cela, AVB devait faire face à de nombreuses absences mais aussi à la pluie… Et ce que l’on peut dire, c’est qu’au final nous ne nous sommes pas noyés!

Au coup de sifflet du début de rencontre, le coach marseillais avait repris une organisation quasi normale avec le retour de Kamara en défense, revenu épauler son compère croate Duje qui avait un peu pris l’eau 15 jours auparavant. En revanche, pas d’Amavi sur le côté gauche. Le latéral, qui a visiblement touché le fond d’après quelques indiscrétions internes, se retrouvait sur le banc, remplacé par le guerrier Japonais Sakaï. A droite, c’est Sarr qui reste la solution la moins insécure. Au milieu, une doublette Rongier/Lopez tout en technique accompagnée par un Strootman discret, pas très influent d’après moi mais propre. Enfin, Radonjic à gauche avec Germain à droite et au milieu de l’attaque, notre idole argentine : Dario Benedetto!
La première mi-temps commença de la meilleure des manières avec un but de Kamara sur une passe de Strootman lors d’un coup-franc récolté par Radonjic. Le minot fut idéalement servi et marqua ,aidé d’une déviation d’Ajorque, trompa le gardien strasbourgeois Sels d’une petite reprise directe. Le match ne pouvait pas mieux commencer. On pouvait se dire qu’avec ce but l’OM allait dérouler mais ce sont les Alsaciens qui reprirent le chemin du but adverse avec plusieurs opportunités. Mais ils ont joué de malchance par moment, de manque de coordination, ils se sont retrouvés face à un Mandanda veillant au grain ou une défense contrôlée par Rongier et Strootman en intermittence. Bilan de la première mi-temps, un but rapide et ensuite pas mal d’erreur dans le dernier geste, la dernière passe. Mais je souligne surtout une bonne défense face aux assauts alsaciens.
La deuxième période repartait de plus belle pour les Phocéens, une agressivité débridée, de belles phases maîtrisées presque parfaitement mais toujours un manque de réalisme en fin d’action. Puis progressivement s’est installé une espèce de non-rythme avec un bloc marseillais assez haut et solide en défense mais fragile et maladroit en attaque. Il y eu beaucoup d’occasions pour les strasbourgeois pendant la première partie du match et moins dans la seconde mais à chaque offensive le public et les supporters aux 4 coins du monde retenaient leur souffle. Car à 1-0, pour reprendre l’avis que je partage de mon ami LeSuix du réseau phocéen, quand tu as l’occasion de tuer le match en première mi-temps puis en début de seconde et que tu ne le fais pas, tu t’exposes à des contres, à une perte de confiance, à une possibilité de fragilité psychologique et il n’aurait pas été si illogique que cela que Strasbourg revienne au score. Finalement, il n’y a pas eu d’égalisation et au contraire, dans les arrêts de jeu, Marseille doubla la mise d’un pénalty judicieusement gagné par Pipa et tiré par Strootman. Pour revenir à ce pénalty, il est bon de signaler que Dario Benedetto avait posé lui-même le ballon sur le point de pénalty, qu’il avait commencé à faire quelques pas de recul mais qu’en voyant arriver le Néerlandais sûr de lui, il ne fit aucune objection à le laisser prendre la responsabilité du tir. Il fut ensuite l’un des premiers à lui sauter dans les bras pour le féliciter de sa réussite après avoir vu le ballon filer à gauche du gardien, dans les filets. Cette réaction est à souligner car avec tous les efforts qu’il avait fait, toutes les déviations, tous les appels, Pipa aurait très bien pu vouloir se faire justice lui-même. Mais il ne broncha pas et célébra le but avec tous ses partenaires. Lorsque l’on voit cela on ne peut que se sentir mieux. Un groupe qui vit bien ira loin… C’est comme cela. André Villas Boas dira en conférence de presse d’après match que Strootman n’a raté aucun pénalty lors des derniers entrainements… Moi j’y vois aussi une façon de se remettre en confiance. Il y a plein de petits trucs pour rendre l’atmosphère d’un groupe plus intense… Et AVB manie ces détails avec excellence.

En ce qui concerne les joueurs j’ai trouvé Rongier énorme, tant dans sa débauche d’énergie (ainsi que sa lucidité en fin de match pendant son interview), que l’abattage de son talent sur les interceptions, les les passes, les cassures de lignes, etc. Pipa a encore été très bon… Il ne marque pas mais aurait pu. Cependant, il a dévié, orienté, trouvé à chaque fois de nombreuses solutions pour aider l’équipe. Il ne s’est pas retenu au niveau énergie non plus et il a souvent obtenu de bons coups-francs donnant de l’air et permettant de se dégager. Kamara a bien tenu sa défense. Il est vrai que nous attendons tous le retour d’Alvaro, mais le français a été solide et a montré qu’il pouvait se muer en patron de la défense. A ses côtés, le jeune croate n’a pas été le roc que nous attendons tous depuis sa signature mais il a rendu une copie propre qui aurait très bien pu être couronnée d’un magnifique but si sa frappe n’avait pas heurté la transversale de Sels en première période.. Les latéraux ont été très mobiles, très disponibles, surtout Sarr, qui n’a pas été avare sur les courses et les débordements. Malheureusement ses centres sont toujours aussi peu utiles. La trêve n’a pas été assez longue pour lui pour améliorer cela. Sakaï, le guerrier a eu du mal sur son côté gauche. Il a fait le métier mais l’ailier strasbourgeois lui a causé des soucis pendant la majorité du match.
Au milieu, mis à part Rongier, je trouve que Lopez a fait un très bon match. Très mobile, très en demande de ballons, il a su éclairer le jeu et proposer énormément d’alternatives. Il a été repositionné en 10 durant la rencontre où il a montré encore une fois l’étendue des possibles avec lui. Strootman a été plus discret. Avec le recul, j’ai envie de dire qu’il a fait un assez bon match. Il a souvent permuté avec Rongier, il fait une passe décisive pour Kamara et surtout, il ne fait aucune faute du “type Strootman” ; le genre de faute où il gueule comme un chien pourri sur l’adversaire en lui cassant deux tibias.Il a été discipliné et s’est contenté d’essayer de jouer juste. Et cela lui a réussi!
En ce qui concerne Radonjic, j’ai encore de grosses réserves. Car il est vrai qu’hier soir, s’il a montré beaucoup d’investissement, notamment dans ses accélérations, il a été quand même maladroit ou un peu trop égoïste et a gâché quelques actions. Il est encore jeune, Franck Sauzée disait de lui pendant le match, qu’il avait le devoir de montrer son talent car il commençait à user toute la patience qu’on pouvait avoir envers lui, sa frappe sur la transversale en seconde période et son tir à la 46e aurait pu lui permettre d’engranger plus de confiance. Ce sera, peut-être, pour une autre fois. Germain, quant à lui, a fait un match plein d’abnégation, de solidarité envers ses coéquipiers en se dépensant sans retenue sur le terrain. Je tiens à le souligner car c’est un joueur souvent décrié, notamment par moi d’ailleurs mais qui hier, comme précédemment, a sacrifié son jeu au profit du groupe. Il a eu un grand nombre de ballons, qu’il a tenté de transformer en ballons décisifs. Ca n’a pas marché la plupart du temps. Mais sur le repli défensif, il a toujours été là et lorsqu’un joueur n’est pas assez bon offensivement, s’il l’est défensivement, on veut bien lui pardonner le reste. Après tout, on savait très bien en le recrutant que ce n’était pas l’avant-centre que tout Marseille attendait. En revanche on savait qu’il se donnerait pour l’équipe. Et c’est exactement ce qu’il fait, parfois un peu au détriment de son jeu, mais pour le bien de l’équipe il n’a pas été avare en retours salvateurs. Les remplaçants ont fait le métier, Khaoui a joué sobre mais sans réelles fioritures, Ake a eu du mal à exister mais aurait très bien pu partir aux buts s’il n’avait pas été séché par Koné, qui ne prit qu’un petit carton jaune… Amavi, rentré en toute fin de match sous les sifflets n’eut que très peu de seconde pour essayer de changer l’avis du public à son encontre.

En terme de qualité, ce match n’a pas été et ne sera pas un match que l’on gardera dans les annales. En effet, le manque de rythme, de bonnes passes, de centres corrects ont fait défaut et à part quelques bonnes fulgurances de Pipa et d’autres Lopez ou Rongier, il reste encore trop d’approximation dans le jeu marseillais. En revanche, et c’est à souligner, je n’ai senti à aucun moment un mouvement de panique tel qu’on avait pu le connaître, notamment lors des deux derniers matchs. Oui, les Olympiens ont eu du mal à marquer le deuxième but, oui on s’est tous dit à un moment que Strasbourg allait égaliser tant on gâchait les possibilités de se mettre à l’abri et oui, comme certains d’entre vous, j’ai serré les fesses à de nombreuses reprises. Mais le fait est que l’équipe a démontré une solidité sur le terrain mais aussi dans le caractère. Il n’y a pas eu d’agacement, de relâche, de râleries inutiles. Ils ont attendu, ont essayé, ont fait le dos rond avant de trouver la faille en toute fin de match. En essayant d’y aller progressivement sans paniquer, l’OM a montré qu’il pouvait se défaire d’une équipe (c’est vrai en proie aux doutes car offensivement à l’extérieur elle reste muette) qui aurait très bien pu réaliser le hold up parfait. J’insiste là dessus. Les Marseillais n’ont pas du tout réalisé un grand match, nous sommes d’accord, l’adversaire, avec tout le respect que j’ai pour les Alsaciens, n’était pas dingue, mais l’OM a prouvé qu’il pouvait tenir un score, recommencer sur de bonnes bases, réapprendre les fondamentaux. Et à une semaine d’un Classico que certains disent déjà perdu d’avance, il était important de se rassurer pour monter à la capitale sans trop de craintes, juste sûr de nos propres valeurs. Car, au niveau comptable, l’important sera après Paris… Lille et Lyon viendront chez nous et il faudra faire le plein afin de rêver peut-être pour la fin de la première partie du championnat à un début de Dolce Vita...

Rédacteur: El Calon

Ajouter un commentaire